logo

Les Autres Transformations

Les plantes issues de l'exploitation qui ne sont pas distillées sont transformées de deux façons : - soit elles sont séchées pour être utilisées en tisane - soit elles sont mises à macérer dans l'huile pour être utilisées en huile de massage externe

Le séchage

Le séchoir de l'exploitation est un modèle de 20m3 environ, autoconstruit à l'aide de bois non traité.

Il comprend deux étages de 10 claies, chacune faisant un peu moins d'1m². Ces deux étages communiquent entre-eux par le haut et le bas, permettant une circulation de l'air.

L'air qui circule est déshumidifié à l'aide d'un déshumidificateur Trotec et ventilé à l'aide d'un ventilateur type "escargot".

Les plantes restent dans le séchoir entre 3 et 5 jours selon la plante et son degré d'humidité. La température du séchoir ne dépasse pas les 30°C pour ne pas "cuire" les plantes, ce qui favorise une bonne conservation des molécules d'intérêt dans les plantes séchées.

La macération

Il s'agit là de faire macérer des plantes dans une huile végétale afin de récupérer certaines molécules de la plante.
L'huile utilisée est une huile de tournesol bio et elle est achetée depuis peu dans les Vosges, chez Thierry Lecler (à Vrécourt). Cette huile oléique permet une stabilité intéressante du macérat dans le temps et également une pénétration optimale à travers la peau. De plus, c'est aussi un choix de proximité, me permettant de travailler avec des locaux.


La macération est réalisée en été à partir de plantes fraîches et mise à macérer au soleil pendant un mois. Elle peut être réalisée en hiver, à partir de plantes sèches, et mise au bain-marie puis mise à macérer pendant plusieurs jours.

Les macérats sont ensuite filtrés, mis en bouteille et stockés à l'abri de la lumière et de la chaleur.